Le IVème siècle: classiqe tardif ou préhellénisme?

Nous arrivons au seuil du IVème siècle: une nouvelle phase commence dans l’art grec, que certains rattachent plus aux temps hellénistiques à venir qu’à la période classique du Vème siècle, et appellent donc cette période préhellenistique plutôt que classique tardif…

La grande réalisation architecturale du IVème siècle est le tombeau monumental de Mausole, satrape perse, dont le nom, mausolée, est devenu nom générique de monuments funéraires de grande taille. Le mausolée était orné de trois frises représentant les combats et les courses de chars (concept grec de la vie humaine comme une lutte ou une course). Celle de l’est, représentant le combat des Grecs et des Amazones, fut exécutée par Scopas:

En comparant cette frise avec celle du Parthénon, nous y voyons des gestes violents et des expressions passionnées très différents de l’harmonie classique de la frise du Parthénon: c’est en cela que nous parlons de « préhéllenisme ».

La statue-portrait de Mausole est le plus ancien portrait grec dans le sens moderne du terme, c’est à dire qui recherche la ressemblance individuelle, aussi bien dans les traits du visage, que dans l’aspect massif du corps.

Un autre grand sculpteur du IVème siècle aC est Praxitèle, maître de la grâce féminine: la plus connue de ses réalisations est son Aphrodite de Cnides, 330 aC., première statue de la Déesse entièrement nue.


Nous retrouvons cette grâce efféminée pour les représentation de nus masculin aussi, (remplaçant l’athlète viril comme prototype) et un déhanchement encore plus prononcé (courbe en S) dans une autre sculpture de Praxitèle, Hermès avec enfant Dionysos, vers 330-320 aC. On évoque le caractère érotique de sa sculpture. Praxitèle inclue dans sa composition des arbres, draperies et autres éléments du support comme nous voyons ici avec son Apollon sauroctone.

Le troisième grand sculpteur de la sculpture préhellénique du IVème siècle, aux côtés de Scopas et Praxitèle, est Lysippe, connu pour avoir remplacé le canon de Polyclète par de nouvelles proportions: le corps est plus mince, la tête plus petite. Nous voyons ici une copie romaine de son Apoxyomenos (jeune athlète se nettoyant avec un strigile, vers 330 aC).

Lysippe, Apoxyomenos, vers 330 aC.

Advertisements

Ostavite odgovor

Popunite detalje ispod ili pritisnite na ikonicu da biste se prijavili:

WordPress.com logo

Komentarišet koristeći svoj WordPress.com nalog. Odjavite se / Promeni )

Slika na Tviteru

Komentarišet koristeći svoj Twitter nalog. Odjavite se / Promeni )

Fejsbukova fotografija

Komentarišet koristeći svoj Facebook nalog. Odjavite se / Promeni )

Google+ photo

Komentarišet koristeći svoj Google+ nalog. Odjavite se / Promeni )

Povezivanje sa %s